dimanche 16 juillet 2017

LYON, ENCORE

clemence m blogueuse lyon photo

   J'avais besoin de partir. Partir pour mieux revenir, comme on dit quand on ne sait pas trop quoi dire. Alors je suis partie, une semaine. Sous une pluie diluvienne, avec pour décor une Ile de Ré déguisée en maison de retraite un peu chicos'.
Ah ça, j'en ai croisé du vieux friqué. Du vieux flétri qui, pourtant, se croit tout permis. Oui parce que, sous prétexte qu'il en est à un stade bien avancé de sa vie, sous prétexte qu'il a une CB dorée et des hanches en plastique, le vieux se croit prioritaire, partout où il passe, du carrefour giratoire à la file d'attente chez le poissonnier (des fois que tu lui volerais le dernier homard que tu ne peux même pas te payer)...

Je suis revenue à Lyon reposée, avec outre la certitude d'être jeune et bien élevée, la ferme intention de terminer cet article laissé dans mes brouillons. Et il faut croire que le troisième âge m'a aidée à trouver l'inspiration. Grâce à lui, j'ai non seulement pu écrire une intro des plus sympathiques, mais j'ai aussi pris conscience qu'il fallait que je m'occupe dès maintenant de ma postérité. Parce qu'à 70 ans, vois-tu (ou voiture, si toi aussi tu t'apprêtes à passer le code ou le permis), j'aimerais que les vieux de mon quartier me considèrent non pas uniquement parce que j'aurais réussi à installer toute seule mon monte-escalier Stana, mais aussi et surtout parce que j'aurais pris 2 ou 3 photos pas trop dégueu dans ma vie.
Plus sérieusement (LOL), je me suis dit qu'il fallait peut-être que je trouve une "utilité" à ces centaines de photos accumulées sur mes cartes SD depuis des années. Non pas que je me prenne pour Robert Doisneau (parce que déjà, je m'appelle pas Robert, ce qui complique un peu la chose), mais j'ai pensé qu'offrir une seconde vie à mes photos ne pourrait qu'être bénéfique à ma future réputation de vieille aigrie. 
Alors tu vas me dire que je joue la blogueuse effarouchée, qui rentre de vacances avec pleins de projets trop chouettes mais qui n'ose pas vraiment en parler (because la clause de confidentialité, toi-même tu sais). Moi je suis plutôt soumise pour l'instant à une clause auto-restrictive de type "c'est en cours, je vous appelle dès que c'est prêt". Il paraîtrait que Clemence M s'apprête à ajouter une corde à son arc. Mais rassure-toi, René, tu en seras le premier informé.

En attendant, je te laisse en compagnie des ces photos prises à Lyon, un week-end de juin. Tu reconnaîtras peut-être le Musée des Confluences, l'île Barbe, le Parc de la Tête d'Or ou encore le Vieux Lyon. Autant d'endroits que j'ai fait (re)découvrir à Clémentine pour l'occasion.

clemence m blogueuse lyon photo cygne

clemence m blogueuse lyon photo confluence coquelicots

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo musée confluence

clemence m blogueuse lyon photo ainay porte

clemence m blogueuse lyon photo vieux lyon tour rose

clemence m blogueuse lyon photo fourvière

clemence m blogueuse lyon photo fourvière

clemence m blogueuse lyon photo île barbe saône

clemence m blogueuse lyon photo île barbe

clemence m blogueuse lyon photo île barbe maison

clemence m blogueuse lyon photo île barbe saône

clemence m blogueuse lyon photo pont île barbe

clemence m blogueuse lyon photo vue fourvière

clemence m blogueuse lyon photo immeuble 6ème

clemence m blogueuse lyon photo place gailleton ainay

clemence m blogueuse lyon photo vieux lyon saint jean

clemence m blogueuse lyon photo vieux lyon antiquaille

clemence m blogueuse lyon photo parc tête d'or serres

clemence m blogueuse lyon photo parc tête d'or serres

clemence m blogueuse lyon photo parc tête d'or lac

clemence m blogueuse lyon photo parc tête d'or lac



jeudi 25 mai 2017

LA ROBE PARFAITE


   Y'a quelque chose qui tourne pas rond en ce moment. Trop de décisions, trop de changements.
La semaine dernière, pour la première fois de ma vie, j'ai franchi la porte d'une auto-école, ultra déter. J'ai pris rendez-vous pour mon "évaluation de départ", première étape obligatoire à base de tests "psycho-techniques", m'a-t-on dit. Sur le moment, je l'avoue, le mot m'a fait un peu flipper. Je me suis dit qu'on allait m'ouvrir la tête pour voir si tous les fils sont bien raccordés. Des fois qu'y en auraient qui se touchent pas comme il faut...

Ceci dit, cela expliquerait peut-être pourquoi depuis deux semaines je fantasme sur cette robe H&M comme une adolescente en transe devant la moustache de Francis Cabrel (espèce en sérieuse voie de disparition, je sais). Non parce qu'entre nous, il faut quand même être un peu dérangée du chapeau pour vouloir casquer 60 balles dans une robe ne qui présente, soit dit en passant, QUE des avantages :
- une longueur d'environ 3 mètres 50 qui s'accordera parfaitement avec mon ambitieux mètre 58 (là tu comprends mieux pourquoi ce 6/20 au Bac de maths...)
- une couleur nude qui mettra forcément en valeur mon teint pas du tout hâlé d'employée modèle (ou juste trop récente pour se lâcher sur les congés payés)
- un décolleté qu'on assumera autant que de lire un """texte""" de PNL (ouais, je trouvais que 2 guillemets, ce n'était pas assez pour rendre hommage à la grandeur de ces gigolos-poètes un peu trop décontractés du verbe)
- une coupe droite et drapée, vachement conseillée pour ma morphologie de planche à pain (boule de campagne incluse, hein)
- une fabrication artisanale et française, qui laisse penser que l'achat de cette robe fera le plus grand bien à l'économie du pays (ah non ?)

Histoire de bien arranger mon cas, j'ai retourné les internets à la recherche d'arguments supplémentaires. En résulte cette sélection estivale, un brin "Copacabana" (surtout, arrête-moi si je dis un brin n'importe quoi), qui ne sera sans doute pas sans te rappeler les couleurs du nouveau header.

clemence m blogueuse mode lyon sélection nude h&m kiko nailmatic shourouk
1. Crème "Sorbet" - Caudalie
2. Pochette "Where did you sleep last night ?" - Pochette Square
3. Vernis "Ella" - Nailmatic
4. Vinyle "Images" - The Walker Brothers
5. Bracelet "Alcantara" - Shourouk
6. Ombres à paupières "Bright duo 01" - Kiko
7. Robe longue en satin - H&M
8. Sandales "Frida Banana" - Made by Sarenza 




lundi 1 mai 2017

DAHLIAS SUCRÉS


   Je me suis dit qu'un entre-deux-tours présidentiel serait le moment opportun pour changer. Le genre d'instant très solennel qui, personnellement, me donne envie de manger du pamplemousse, courir dans un champ de coquelicots, et partir loin, très loin, là où l'on ne capte plus BFM TV.

Le temps d'un week-end, je me suis donc réfugiée devant mon ordinateur, et à défaut de campagne, j'ai cueilli des fleurs virtuelles. Je suis restée fidèle au dahlia, fleur au bulbe d'été (tu es ravi de l'apprendre, n'est-ce pas ?), et dont le charisme n'est à mon sens plus à prouver. J'invite d'ailleurs celles et ceux qui ne seraient pas totalement convaincus à se rendre sur le site "Jardiner-Malin.fr" (référence ultime de ceux qu'on appelle communément "mains vertes", et dont je ne fais à l'évidence pas partie, puisque je n'ai pas de jardin), qui inscrit en introduction de sa fiche technique : "Le dahlia est une superbe fleur". Ça te la coupe, hein ? (pardon, je cherchais une boutade végétale, et je n'ai trouvé que ça...)

Comme tu l'as probablement déjà constaté (car je sais ton esprit vif et ton œil aiguisé), j'ai veillé à réunir plusieurs couleurs au sein de mon bouquet (un truc très à la mode à ce qu'il paraît, ou "askip", si tu es né en 2007). Inspirée par l'été à venir, j'ai retranscrit mes envies de fleurs et de fruits en cinq pantones sucrés, que tu pourras admirer plus bas. Pour le sublimer, j'ai relégué le rouge au second plan et laissé libre cours à mon obsession maladive des camaïeux et autres dégradés.
J'ignore sincèrement d'où me vient cette lubie. Je me souviens qu'à l'école déjà, je passais de longues minutes à classer mes crayons de couleurs dans un ordre bien précis. Sans cette étape préalable, il m'était impossible de commencer à dessiner... J'étais de ces enfants un peu lents, qui s'appliquent à tout embellir pour tenter d'étancher leur soif de perfection, et à qui l'on reproche de tracer des traits trop droits sous une écriture trop calligraphique. En somme, une artiste incomprise (c'est cela, oui).

Mais la grande nouveauté de l'année, c'est ce modeste "since 2008" que j'ai jugé utile d'ajouter sous mon nom de scène. Un peu comme ces commerçants résistants, qui inscrivent fièrement leur année de création sur leur enseigne, pour te rassurer quant à la qualité du boudin que tu t'apprêtes à acheter (je dis "boudin" parce que c'est drôle, un boudin, mais ça peut aussi être un camembert hein). Ma démarche est à peu près la même. Moi aussi, je défends mon boudin contre le blogging de masse. Celui qui fait de nous une société un peu à la masse, qui consomme de l'image, uniquement en surface. Qui m'aime me suive, les gars.


clemence m blogueuse lyon design dahlias sucrées pivoine

clemence m blogueuse lyon design dahlias sucrées sorbet

clemence m blogueuse lyon design dahlias sucrées coquelicot

clemence m blogueuse lyon design dahlias sucrées marmelade

clemence m blogueuse lyon design dahlias sucrées pamplemousse



J'espère que ce nouveau header te plaira. Sache que dans le cas contraire, je ne pourrais malheureusement rien y faire... (si les puissants de ce monde prenaient en compte l'avis des peuples, ça se saurait ;)




clemence m signature blogueuse lyon


Crédits photos : Pinterest