lundi 11 janvier 2016

LE ROI DU BAL (1ère vidéo inside !)

   2016 avait plutôt bien commencé. Maman avait fait de la soupe, ma wishlist soldes était archi-prête et j'avais révisé mon Polnareff. Et puis, en une semaine, tout s'est mis à déconner. Mais pas déconner gentiment, non, tout s'est mis à déconner grave.
D'abord, j'ai littéralement craqué mon slip chez Sephora. Ensuite, j'ai (re)découvert que je ne rentrais plus dans des pantalons taille 34. Et pour finir, Michel Delpech est parti loin d'ici


michel delpech hommage clémence m blog culture musique

Rien à faire, depuis une semaine, ma playlist est en deuil, ma chemise à pois refuse de s'alimenter et mon patte d'eph' tire la gueule. Ils avaient beau savoir, aujourd'hui, tous restent aussi inconsolables qu'un poireau oublié dans une blanquette de veau. Et honnêtement, on les comprend.

Parce que Michel, c'était le roi du bal.  Celui qui osait la veste jaune poussin et le quart de frange face à Claude François (le plus grand de tous, souviens-toi).



Michel, c'était ce gars avec un sourire dans la voix, qui n'hésitait pas à donner de sa moustache (parfois même, accompagné d'autres moustaches que tu reconnaîtras, n'est-ce pas ...). 




Et puis, Michel, c'était des histoires, des images, des chansons qui s'écoutent et se regardent. Avec lui, on prenait l'avion de nuit, on allait à Bombay (en faisant escale dans le Loir-et-Chermême si tu avoueras que c'était parfaitement insensé), on plaquait le marketing et on pensait à notre meilleur ami (auquel on avait préalablement piqué la femme).

Ouais, on en a fait des conneries avec Michel. Aujourd'hui pourtant, je ne retiens que cette voix rassurante, celle que j'écoutais beaucoup trop ces derniers temps, comme pour retarder l'inévitable et faire mentir l'irréfutable ...
Et comme je ne pouvais te laisser seul(e) avec cette fin d'article pas du tout niaise, je te quitte sur LA nouveauté de l'année : Clemence M en playback, et en vidéo, s'il te plaît. Michel était du genre expressif quand il chantait. Alors j'ai décidé de lui rendre hommage, à ma manière (comme dirait Dalida), en m'adonnant à ce périlleux exercice. J'espère que tu n'as pas peur du ridicule (et des super productions), car moi pas :)









PS : Je vois que 2016 a décidé de continuer à déconner ... Au moins une chose est sûre : Mars est maintenant habitée ;) 

Aucun commentaire: