dimanche 8 novembre 2015

LA SEMAINE MEDIAS #27

   Après une folle semaine anniversaire, reprenons aujourd'hui le cours normal (si tant est que ce blog soit normal) de nos affaires.
Car pendant que je m'amusais à exhiber ma moustache (non, ce blog n'est définitivement pas normal), il s'est passé une foultitude de choses ici et là. Et ça, ça méritait bien une nouvelle Semaine Médias.


Mardi


Tu ne le sais peut-être pas, mais je suis une détraquée de moutarde. Comme dirait Yves Côte de Porc, moi, j'aime quand ça pique, j'aime quand ça brûle, bref, j'aime quand ça arrache.
Alors quand je suis tombée sur l'article de Caroline - "Plaisir de bouche #Dijon", viens par là Léon, je t'emmène faire un tour dans le Bourguignon - j'ai pour ainsi dire expérimenté le syndrome du clic compulsif. Jolie surprise car j'ai pu découvrir une ville superbe, que jamais (même dans mes rêves les plus fous) je n'aurais imaginée aussi belle.


Jeudi


Jeudi, j'ai reçu dans ma boîte mail une bien belle nouvelle. En effet, le Comoedia, cinéma lyonnais désormais centenaire, m'a contactée pour établir un chouette partenariat. L'occasion pour moi de nourrir davantage la rubrique Cinéma de ce blog (autrement qu'avec des films à base d'Alain Delon), et de te faire profiter de quelques événements trop méga coolos (avant-premières, rencontres ...), entre autres.


Jeudi bis


Si tu aimes les ambiances sixties à la Mad Men, Si tu eus apprécié en son temps l'humour formidablement absurde de Sire Astier Alexandre, et si le nom d'Hubert Bonisseur de La Bath te réjouit presque autant qu'un éclair au chocolat, alors je ne vois qu'une seule et unique solution te concernant : ne surtout pas louper les derniers épisodes de la génialissime série Au Service de la France (jeudi prochain sur Arte, à 20h50).


Vendredi


Je pense que tu m'as cernée, Renée, je ne suis pas une blogueuse à macarons pastels, et je ne le serai jamais.
Pourtant, je l'avoue, j'ai frôlé la crise d'hystérie quand j'ai découvert, vendredi, la nouvelle édition limitée de Ladurée. Ornée du chiffre royal et créée spécialement pour le tricentenaire de la mort de Louis XIV (auquel le Château de Versailles consacre d'ailleurs une belle expo), tu trouveras cette sublime boîte de huit macarons au domicile de Son Altesse Sérénissime, ainsi que dans toutes les boutiques de la Maison.


Vendredi bis


Pour poursuivre sur une note tout aussi hystérique, sache qu'Etienne Daho a sorti vendredi un nouveau "meilleur de" (best of, pour les anglophones) regroupant, comme le concept l'indique, le meilleur de son oeuvre.
Si je t'en parle aujourd'hui, c'est non seulement parce que je sais que le 24 décembre à 16h30, tu ne sauras toujours pas quoi offrir à ton oncle Vincent (tu sais, celui qui est resté bloqué sur le quai de l'adolescence). Mais c'est aussi et surtout pour les inédits, et notamment Paris Sens Interdit, que Monsieur Daho nous offre. Pour toi public, j'ai retrouvé la version originale de ce titre, une version ultra eighties qui ravira les amateurs de kitsch (et aussi, pourquoi pas, les amateurs de kirsch) (cette parenthèse n'avait absolument aucun sens, je te le confirme).


Dimanche


Et parce qu'on ne pouvait pas l'éviter, terminons si tu le veux bien en souhaitant un très bel anniversaire à Monsieur Delon.





Aucun commentaire: