dimanche 22 mai 2016

LES PIERRES CENTENAIRES


   Ça devait bien finir par arriver. Je devais bien finir, à un moment donné, par rester enfermée chez moi un week-end entier pour avancer sur mon mémoire. Même plus le temps d'aller au cinéma. A peine le temps d'écouter une petite chansonnette de Phil Collins (non parce que, au cas où tu ne serais pas encore au courant, je souffre actuellement d'une Phil-Collinsite aigüe) (d'ailleurs, certaines personnes dont je tairai le nom - des gens sur-diplômés de la blagounette - prétendent que je file un bien mauvais Collins ...).

Mais passons. Car aujourd'hui, j'aimerais te parler d'un quartier que j'avais en horreur il y a encore quelques années. J'ignore pourquoi, le Vieux Lyon m'angoissait. Les pavés, l'ambiance Moyen-Âge, les touristes chinois (ou japonais, va savoir ...), tout cela n'était à l'époque pas fait pour moi.
Et puis, un été, sans trop savoir pourquoi, j'ai retourné ma veste. Manque de bol, elle n'était pas réversible (et manque de pot, cette blague n'était pas drôle, mais genre, pas du tout, en fait). Ma veste à l'envers sur le dos donc, je me suis surprise à me sentir étrangement bien, sur ces pavés, au milieu de cette foule étrangère, anonyme, encore émerveillée par ce que nous, Lyonnais, apercevons chaque jour sans forcément en mesurer la beauté.

En quelque sorte, cet article est un hommage (encore un, oui) au Vieux Lyon, à son charme désuet, à ses pierres centenaires. Une déclaration, ma déclaration (comme dirait France) à cette atmosphère unique qui se dégage du 5ème. Comme si le temps s'était arrêté, des pavés immuables de Saint-Jean aux vitraux de Saint-Georges transpercés chaque été par un déluge de lumières ardentes (oui oui, c'est un peu la fête de la figure de style aujourd'hui ...).


















Si je me suis contentée pour cette série des quartiers Saint-Jean et Saint-Georges, je compte bien dégainer à nouveau mon Canon et grimper quelques marches pour te faire découvrir, ou redécouvrir, dans un prochain article les hauteurs de la colline qui prie. 




Aucun commentaire: